top of page

🎙️ Le psychanalyste Juan-David Nasio présente le podcast "L'inconscient"


Chaque dimanche à 15h, une nouvelle thématique sera abordée par le médecin psychiatre et psychanalyste Juan-David Nasio (disponible sur le site de France Inter).

Plusieurs thématiques sont prévues : l’adolescence, vignette clinique d’une dépression chez un nourrisson, la mélancolie.





L’inconscient : le psychiatre explique que l’inconscient constitue l’appareil psychique de tout un chacun, il parle de “force”, une forme d'énergie pulsionnelle, déterminante dans nos choix de vie.


Freud, tout au long de ses œuvres, investigue alors cette notion d’inconscient et ses mécanismes. Pour définir l’appareil psychique, il décrit en trois étages le constituant : l’inconscient, le préconscient et le conscient (en 1900). Il évoque aussi la question d’une force, une force pulsionnelle brute, qui tenterait de s’exprimer par la voie la conscience.


À cela s’ajoute une seconde réflexion pour nourrir cette cartographie du psychisme humain : celle définissant le Ça, le Moi et le Surmoi (en 1923, donc bien des années plus tard).


Ce qui reste intéressant dans cette théorie est que le symptôme est une forme de compromis pour le Moi, entre ce qui tente de s’exprimer (pulsion inconsciente du Ça) et l’interdit intégré (la barrière du Surmoi). C’est la raison pour laquelle, par exemple dans la question d’une phobie des chiens, il est intéressant de se pencher sur les représentations psychiques inconscientes liées à l’image du chien.


Ce qui reste intéressant également dans cette écoute des processus psychiques inconscients ce sont tous les éléments relatifs à la clinique du passage à l’acte. Qu’est-ce qui fait que le patient a acté quelque chose d’interdit ? Pourquoi n’a-t-il pas trouvé de compromis ? Clinique d’ailleurs explicitée dans la question des agressions sexuelles ou de l’inceste.


J-D. Nasio va explorer, dans les prochains podcasts France Inter, plusieurs thématiques :


  • l’adolescence : période de remaniement, de chamboulement, psychique important. Le sujet est pris en étaux entre préserver une forme de fusionnalité, liée à sa place d’enfant, et s’inscrire dans un processus d’opposition pour s’en séparer : c’est la raison pour laquelle on emploie le mot “crise”. Ce qui est en crise est justement c'est cette conflictualisation (fusion vs. séparation/individuation).


  • le bébé triste, déprimé : notion intéressante. On parle de préoccupation maternelle primaire inconsciente pour parler de la façon dont l’environnement de l’enfant est à son écoute. Nasio parle d’une forme de mouvement miroir, et de comment dans cet exemple le bébé déprimé se préoccupe de son environnement, déprimé aussi. Le bébé perçoit.



Le contexte anxiogène se ressent dans nos cabinets de psychologues/psychanalystes et aux urgences psychiatriques. Il constate que l’humain a une capacité de “rebondir”. Cette force d’adaptation ne va pas sans rappeler d'ailleurs la notion d'adaptation (somatique) chère aux ostéopathes, qu'ils nomment capacité d'auto-régulation ou (homéostasie).


  • la folie : la mélancolie qui est une maladie peu fréquente (rien à voir avec l'acception communément admise de ce mot dans le langage courant). Elle faisait partie du tableau clinique psychotique : psychose maniaco-dépressive (aujourd’hui trouble bipolaire), psychose schizophrénique (trouble schizo-affectif), psychose paranoïaque (trouble paranoïaque) et psychose mélancolique. C’est un état de dépression très très aiguë, nécessitant une hospitalisation et présentant des formes de délire aigu autour du deuil. L’hospitalisation est fondamentale car le risque de passage à l’acte est important.


La psychanalyse est bien souvent bousculée par des nouvelles thérapies dites coaching, développement personnel, psychologie positive, etc. Le psychiatre J-D. Nasio le pense ainsi : l’humain à besoin de parler de souffrance, et l'important est qu’elle puisse trouver un espace d’écoute.




31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page